press release only in german

Delphine Reist a souvent investi les friches et des bâtiments industriels désaffectés. C’est l’absence qui caractérise ces lieux émotionnellement chargés et c’est de cette absence que les œuvres et objets se font l’écho. Outils et objets au service de la production, les éléments qui peuplent le travail de Delphine Reist semblent en effet avoir conquis, dans la solitude des lieux, une existence autonome. Dès lors une sorte de corps social s’y donne à lire dont on ne saurait dire s’il s’agit de celui, fantomatique, de leurs utilisateurs passés, ou plutôt celui nouvellement constitué par ces engins mêmes. Caddies qui s’animent seuls dans des parkings, bottes de caoutchouc qui scandent des rythmes en ronde, lavabos d’internat qui s’emplissent curieusement de lait… L’atmosphère est celle des lieux collectifs sans chaleur, les moteurs sont bruyants et hors contrôle, les liquides sont visqueux et odorants. Une existence se déroule, laissant le visiteur à son incapacité à agir. Au-delà de la poésie des mécaniques en mouvement, le travail de Delphine Reist revêt une dimension militante manifeste, en donnant à lire les funestes revers de la vie contemporaine. . Pour cette exposition, l’artiste présentera de nombreuses productions inédites qui trouveront une place de choix dans nos murs, bâtiment industriel converti ensuite en asile de nuit avant de devenir centre d’art. . Delphine Reist est née en 1970 à Sion. Elle vit et travaille à Genève.

only in german

Delphine Reist
100 fleurs epanouies